Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour sa dernière enquête, Morse – que ses abus divers rattrapent – accède sans enthousiasme à la demande du Superintendant Strange de rouvrir le dossier de l’assassinat d'Yvonne Harrison, retrouvée nue et menottée dans sa chambre. Une infirmière que Morse avait connue jadis lors d'un séjour à l'hôpital, et qui lui avait alors inspiré un attachement romantique, voire sensuel. Sur ce point, il ne semble pas avoir été le seul, la dame n’ayant guère été avare de ses faveurs (1).

Alors que les investigations progressent, trois hommes plus ou moins directement liés à l’affaire sont assassinés. Remords secrets (The remorseful day) devient alors l’une des enquêtes les plus complexes de la série, mêlant pulsions, relations familiales complexes, jalousie et chantage. A cela s’ajoute que Morse garde par devers lui certaines des informations. On comprend alors mieux qu’il laisse Lewis faire une grande partie du travail, le sergent s’en tirant d’ailleurs très bien, prêt à prendre la relève de son chef en quelque sorte.

C’est finalement Morse qui reconstituera l’histoire. Epuisé, insomniaque, il livrera ses conclusions – au cas où… – dans un document à destination de Lewis et c’est le Superintendant Strange qui apportera la dernière pièce du puzzle. Ses révélations confirmeront la perspicacité de l’inspecteur et, surtout, sa loyauté et sa fidélité en amitié.

« Je ne sais pas. Il a toujours été très indépendant. Et il a toujours été marqué par la loyauté et l’intégrité, au plus profond de lui-même. Mais vous le savez déjà. Il ne s’occupait pas trop de ce que les gens pensaient de lui. Et il se moquait certainement comme d’une guigne de ce que moi je pouvais penser de lui, la plupart du temps tout au moins. En fait la seule personne qu’il voulait voir penser du bien de lui, c’était vous, Lewis. » © 10-18, 2000

Ainsi s’en va Endeavour Morse, célibataire endurci pas insensible au charme féminin, amoureux d’opéra et de Wagner, féru de poésie, cruciverbiste hors-pair, fumeur compulsif, amateur de vraie bière et de pur malt, pointilleux sur le vocabulaire et l’orthographe. Un des grands enquêteurs du monde du roman policier, avec Jules Maigret, Kurt Wallander, John Rebus ou Harry Hole, et, peut-être, le plus attachant.

(1) « Yvonne Harrison had not exactly been the high priestess of marital fidelity. »

Tag(s) : #Oxford, #Policiers, #Les enquêtes de Morse

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :