Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Carlos Sampayo est un excellent spécialiste du polar. Tout le monde ou presque connaît Alack Sinner (Le bar à Joe) et ses aventures dessinées par Jose Muñoz, qui firent les délices des lecteurs de (A suivre).  Pas de détective privé désabusé ici mais le commissaire argentin Evaristo Meneses, chasseur de criminels et de truands et plutôt dur en affaires. Car si Evaristo réfléchit vite et bien et ne renonce pas devant l’adversité et le danger, il sait très bien se servir de ses poings et de ses flingues… Le vrai Evaristo (1907-1992) n’a semble-t-il pas été conquis par ses aventures mises en BD mais bon, quand on est devenu une légende, un modèle de réussite et d’incorruptibilité, on peut se montrer difficile…

Nous sommes dans les années 60, peu de temps avant que les militaires prennent le pouvoir en Argentine avec les conséquences et les exactions que l’on sait. L’album reprend quelques unes des enquêtes les plus connues ou les plus spectaculaires qu’Evaristo Meneses fut amené à résoudre. A de rares exceptions (Opération Hermann et Sous la menace) elles concernent des délits de droit commun. Opération Hermann revient sur l’enlèvement et l’exfiltration en 1960 par les services secrets israéliens d’Adolph Eichmann et pose la question de la violation des règles diplomatiques les plus élémentaires concernant la légitimité d’un Etat. Plus glaçant encore, Sous la menace explore les prémices de la prise de pouvoir par la junte militaire et de la « guerre sale » que connut l’Argentine à partir du début des années 70 et qui fit autour de 10 000 victimes.

Evaristo est un très bel album (format agréable, beau papier mat) qu’agrémente un bref mais utile appareil critique. Le scénario de Carlos Sampayo est rigoureux et d’une sobriété allant droit au but. Le dessin de Francisco Solano Lopez est d’un classicisme total, associant élégance et équilibre, dans la droite ligne D’Alex Raymond (Rip Kirby) ou de Franck Robbins (Johnny Hazard). On est loin du dessin halluciné de José Muñoz et des ses grands aplats mais tout cela est efficace et donne un recueil parfaitement réussi.

Tag(s) : #Policiers, #Buenons Aires

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :