Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un tueur témoin d’un des événements les plus mystérieux du siècle dernier (l’assassinat de JFK, pas moins) fuyant son mafieux de patron, une jeune femme lassée de son mari alcoolique partie sur la route avec ses enfants et un chien épileptique, deux histoires parallèles qui finissent par se rejoindre avec tous les éléments du genre : des espaces à perte de vue et souvent déserts, des miles avalés par des voitures puissantes mais plus très jeunes et les traditionnels et inévitables stations-service, motels, snack-bars et autres diners.  Et bien sur, tous ces gens vont vers l’ouest (Californie et Vegas) puisque, depuis les pionniers et la conquête, tous ceux qui fuient ou cherchent autre chose se dirigent vers le soleil couchant.

Pas mal de péripéties donc dans November Road, c’est la loi du genre, et du suspense puisque tout le roman se limite à une seule question : Franck Guidry et Charlotte échapperont-ils à leurs poursuivants, des tueurs pour l’un, un mari blessé et son avocat pour l’autre.

November Road, synthèse du road-movie (road-novel ?) et du récit de gangsters, est présenté par l’éditeur comme « un road-trip envoûtant et inclassable ». C’est peut-être un peu exagéré : envoûtant certes car les personnages sont bien typés et crédibles et l’histoire est prenante. Inclassable, pas vraiment. C’est un roman finalement très cinématographique (je peste souvent contre ces livres qui ressemblent de plus en plus à des scénarios) dans lequel la fuite désespérée de Frank Guidry fait immanquablement penser à Guet-apens (The Getaway) de Sam Pekimpah, et l’histoire de Charlotte et de ses deux filles tentant d’échapper à une vie monotone à Thelma et Louise.

Pas vraiment un polar, un peu un thriller quand même, November Road est quand même un assez bon roman d’aventures, à classer dans la longue liste des romans de la route américains.

Son tour. Si seulement la vie pouvait être comme cela, pensa Charlotte : un jeu où l'on avait le droit de refaire tourner la roue à chaque tour, de tirer une nouvelle carte de la pioche. Et pourtant qui pouvait nous garantir qu'une nouvelle carte ou qu'un nouveau tour de roue améliorerait vraiment notre position sur le plateau ?

November Road – Lou Berney © Harper Collins 2019

Tag(s) : #Etats-Unis

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :