Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les milices du Kalahari (Karin Brynard)

Détour en Afrique australe avec Les milices du Kalahari de Karin Brynard, paru en 2009 et traduit en 2016 chez Policiers Seuil. Roman où l’on retrouve la violence de l’Afrique du Sud autour d’un inspecteur meurtri et désabusé tout juste muté de Johannesburg, enquêtant dans la chaleur du désert sur des vols de bétail et surtout sur le meurtre particulièrement brutal d’une jeune femme artiste peintre et de sa fille adoptive. Cela sur fond d’occupation illégale des terres et d’assassinats de fermiers, de projets immobiliers visant à transformer les fermes en réserves de chasses pour touristes fortunés et de conflits raciaux attisés par quelques suprématistes blancs.

Outre l'inspecteur Albertus Beeslaar, on rencontre des personnages que certains trouveront peut-être trop vaguement esquissés ou un rien stéréotypés - un Bushman énigmatique faisant un coupable idéal, des fermiers blancs plus rednecks que nature et décidés à en découdre, une femme d'affaires ambitieuse, des policiers subalternes peu compétents – dans une intrigue mêlant conflits post-apartheid non résolus (le seront-ils un jour ?), intérêts financiers, querelles familiales, croyances et pratiques de sorcellerie.

Un scénario complexe pour un roman n'éludant pas la question des tensions raciales et de la violence - tant rurale qu'urbaine - qui gangrènent l’Afrique du Sud, "nation arc-en-ciel" qui peine à tirer un trait sur les séquelles de l’apartheid. Cela fonctionne et fait honneur au polar africain et sud-africain, alors qu’il n’est pas simple de se démarquer de Mike Nicol ou de Deon Meyer, qui ont tous les deux d'ailleurs salué ce premier roman.

Notre communauté a pratiquement été mise à genoux. Nous fournissons de quoi manger à quarante-huit millions de personnes, mais on nous traite comme des moins que rien, comme une survivance négligeable et irritante du passé. Et l’attitude générale, c’est de dire : laissons-les aux criminels. Laissons ces derniers s’en charger. Comme au Zimbabwe. Des plans ambitieux de réforme agraire, qui en mettent plein la vue, mais les officiels qui sont censés les mener à bien savent à peine lire une recette de koeksister, sans parler de résoudre un problème agricole important. Alors en quinze ans, il ne s’est rien passé, et maintenant on refile le bébé à une bande d’intégristes de la terre, pour qu’ils règlent le problème. C’est ce qui est arrivé au Zimbabwe et c’est exactement la voie que nous sommes en train de suivre.

Karin Brynard : Les milices du Kalahari © Editions du Seuil mai 2016

Tag(s) : #Policiers, #Afrique, #Scènes de crime

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :